Vu dans la presse

C'est presque logique pour une Adam d'aimer les Eve. La femme originelle. La femme d'aujourd'hui comme celle d'hier. La femme en forme et en fond. La femme avec ses courbes et son galbe, sa part intérieure, sa force extérieure. La femme sous tous les angles, dans toutes les positions mais souvent sans couture.

Pour Anne-Marie Adam, sculptrice belge devenue nîmoise par adoption voilà près de dix ans, la sculpture est un rêve enfin assouvi. "C'est un rêve d'enfant, j'en ai toujours eu envie mais j'ai fait des études très conventionnelles puis est venu le temps de ma reconversion professionnelle. J'en ai profité pour faire les Beaux Arts de Liège, pour me remettre dans les études afin de pouvoir faire ce que j'aimais vraiment. J'avais 44 ans". Un exemple qui force le respect et qui amène de l'eau au moulin de la création.

Pourquoi la sculpture? Pour la troisième dimension! "Cela m'intéressait beaucoup. J'étais un rat de musée et j'avais dans ma famille un artiste peintre qui m'a offert un paquet de terre et qui m'a appris à faire un buste. Quand on connaît les bases, on passe très vite au modèle vivant", note Anne-Marie Adam. Des modèles vivants pour ne pas dire des nus. Sans aucune provocation, ses nus ne sont ni en odeur de sainteté ni à la mode. Certainement les relents d'un puritanisme bientôt révolu... "Les gens ont un souci avec la nudité, parfois, on subit pas mal de pression mais je ne cherche pas à plaire, je fais ce que j'aime, c'est tout!" poursuit l'artiste.

D'ailleurs, si Anne-Marie fait ce qu'elle aime, ses modèles sont complices de cet état. "Depuis que je vis à Nîmes, j'ai mes habitudes et mes modèles dont une avec laquelle nous travaillons en toute confiance. En général, elle pose une heure, je ne fais pas de croquis ni de dessin, je travaille directement la matière" note la Belgo-nîmoise. Un travail qui ne se résume pas en un entassement de terre prête à être enfournée... Evidemment! "J'aime vraiment la troisième dimension alors, contrairement à d'autres artistes, je n'enlève rien de mes sculptures, j'élève la terre pour lui donner forme, je n'ôte pas de matière, j'en ajoute" ajoute Anne-Marie.

L'envie de construire, de donner naissance, de laisser une trace comme un fugace souvenir imprégné dans le temps et dans la chaleur de la créativité. Laisser sécher la terre, vider l'intérieur avant de la cuire dans son propre four. Si l'artiste ou l'acheteur le désirent, la pièce peut se muer en bronze en étant coulée dans la fonderie qui a sa confiance, celle de Saint-Clément, chez Claude. Pour le bronze, la convention veut qu'une pièce puisse être moulée jusqu'à huit ("ouite" comme dirait l'artiste belge) fois plus quatre que l'artiste peut conserver.

Le sujet de prédilection d'Anne-Marie? "Le corps de la femme! J'aime ses formes mais je ne sais pas l'expliquer. Je fais aussi d'autres œuvres comme des chats, des sculptures à connotations taurines, des portraits, des bustes de jardin... J'apprécie que l'on me soumette une commande, ainsi, j'ai un but et un cadre de travail. C'est un peu l'histoire du prix que j'ai fait pour Angel Peralta en 2015 sur l'initiative de Marion Mazauric, c'était très émouvant" poursuit Anne-Marie Adam.

N'étant pas des plus directive quand il s'agit de demander des choses à son modèle, l'artiste laisse le libre choix à sa complice du jour de la pose choisie. "C'est le modèle qui s'exprime, je veux qu'elle soit à l'aise mais derrière chaque pièce, il y a une histoire" avoue celle qui a, pendant trois ans, confectionné les prix décernés à Miss Belgique et qu a décroché quelques belles récompenses qui font d'elle quelqu'un de connu pour les habitants du plat pays.

Quelques projets sont en vue. Réaliser une oeuvre en direct semble exciter la création de l'artiste mais avant cela, une exposition arlésienne à Arles Galery au mois de janvier prochain sera effective. Où voir les autres oeuvres? A son atelier mais aussi rue Racine (boutique CMV). Sinon sur son site web mais honnêtement, rien ne vaut la vision bien réelle et le toucher bien concret pour se faire une idée!

Anne-Marie Adam, la genèse élève la sculpture

par Anthony Maurin

Article paru le 20-12-2017 dans "Objectif Gard"

Lien vers l'article intégral sur le site d'Objectif Gard.


De terre, de bronze et de cristal

par Hélène Blanc

Article paru le 12-05-2016 dans "Midi LIbre"


Don Angel Peralta

par Agathe Beaudoin

Remise dans les arènes d'Arles du trophée réalisé en l'honneur du rejoneador Don Angel Peralta.

Article paru le 07-04-2015 dans "Midi LIbre"


Anne Marie ADAm la complicité entre l'artiste et son modèle

par Anne Devailly

Article paru le 04-01-2014 dans "Art dans l'Air HOrs série 2013"

1er magazine de l'art et des artistes en Languedoc Roussillon


par -

Article paru le 01-12-2013 dans "Art dans l'aiR"


Reportage radio sur l'artiste sur France Bleu Gard-Lozère

par Rodolphe Faure

Article paru le 05-02-2013 dans "Radio France Bleu Gard-Lozère"


Anne Marie ADAM

par Jean HONHON

Article paru le 09-05-2012 dans "Passe Partout OUrthe AMblève"

expo Escale Esneux


Interview de l'artiste sur Radio Gard Lozère

par Caroline Martin-Prades

Article paru le 24-04-2012 dans "Radio Gard Lozère"


Les gens d'ici

par ClairIsabelle Vauconsant

Article paru le 17-11-2011 dans "la Gazette de Nîmes"


Féminité en exergue

par Alexis Bethune

Article paru le 15-06-2011 dans "Midi LIbre"


Bruits de bouchons

par Françoise PETIT

Extrait d'un article de la journaliste Françoise PETIT paru dans le LYONPEOPLE de mars

Article paru le 14-03-2011 dans "LYONPEOPLE"


bruits de bouchon

par Françoise PETIT

www.lyonpeople.com

Article paru le 14-03-2011 dans "LYONPEOPLE"


Reg'arts de femmes : un assemblage de talents

par MP

Article paru le 10-12-2010 dans "La Provence"


Anne Marie ADAM Corps à coeur

par Marie Honnay

Anne-Marie Adam.... Corps à coeur  

 
   

 

 

 

Le sud, elle l'a investi par amour. Et de l'amour, cette artiste en déborde. Il suffit de jeter un oeil à ses corps féminins en terre et en bronze pour saisir l'étendue du chemin parcouru par l'artiste et pour ressentir, tel un frémissement, son nouveau bonheur. Installée à Nîmes depuis une année seulement, Anne-Marie Adam a eu à coeur d'en capturer l'esprit, le rythme, la culture... Pour mieux prendre sa région d'adoption à bras le corps.

 

De corps, il en est justement question dans son oeuvre. Depuis plus de 5 ans, Anne-Marie Adam ne sculpte que des nus féminins. Avec ses modèles, elle entretient des liens très forts, parfois intimes. Le regard bienveillant qu'elle pose sur les destins des femmes qui acceptent de poser pour elle donnent à son travail une dimension unique. Comme si elle les avait décryptés avec douceur et respect. 

 

Jamais intrusif, son regard se fait complice. Il s'arrête sur un moment de vie. La femme selon Anne-Marie Adam peut être alanguie, endormie, amoureuse, lascive, paresseuse, aux aguets, séductrice, lasse... Mais jamais dans la destruction. Le dialogue qui s'installe entre l'artiste et son modèle s'inscrit dans un partage d'expériences que l'on peut percevoir, comme imprégné dans la terre.

 

En s'installant dans son nouvel atelier nimois, Anne-Marie a changé de terre, de lumière et d'ambiance de travail... Mais pas d'approche. Profondément humaine, passionnée d'art et de folklore, elle a profité de son exil provençal pour prendre le temps d'observer – plus intensément encore -  le monde qui l'entoure. Ses terres et ses bronzes portent les marques de sa nouvelle vie: remplie d'amour, de soleil et de nouveaux horizons.

 

Cette première exposition depuis son arrivée en Provence, Anne-Marie Adam l'a voulue à son image: conviviale et nourrie d'échanges. C'est sa rencontre avec la viticultrice Cécile Dusserre qui lui permet d'offrir un écrin 100% féminin à ses premières oeuvres sculptées dans le midi. Un rendez-vous sous le signe de l'émotion, du voyage intérieur et du partage.

 

Marie Honnay Journaliste

Article paru le 29-10-2010 dans "Journaliste indépendante"

Texte écrit par la journaliste Marie Honnay pour la préparation de la première expo de l'artiste dans le Sud de la France


L'art rendrait-il heureux?

par Marie Honnay

Article paru le 01-10-2009 dans "Ma Santé"


Pas de deux

par Marie Honnay

Article paru le 06-08-2009 dans "Paris Match n°413"


Expo à domicile à la pentecôte

par Régine Kerzmann

Article paru le 01-07-2009 dans "Keskispass"


En 2005, elle était sacrée Femme de Cristal. Une jolie reconnaissance pour cette femme charismatique et bouillonnante reconvertie dans la sculpture depuis quelques années. Ce prix l'a encouragée, boostée et propulsée vers de nouveaux horizons. Depuis l'année dernière cette artiste qui aime travailler la terre dont ellesort des corps de femmes nus et terriblement expressifs, s'est mise au bronze. Elle a aussi été choisie, à deux reprises, pour créer le trophée remis à Miss Province de Liège le soir de son sacre. La particularité de cette femme est qu'elle semble comprendre les autres femmes au point de parfois capturer leurs émotions dans la matière.

Anne-Marie Adam, une artiste de talent

par Marie Honnay

Article paru le 01-06-2009 dans "Le petit futé 2009"


Un beau jour, elle s'inscrit à l'Académie. Dès qu'elle a goûté à la sculpture, elle a su que c'était ce qui lui avait toujours manqué. Depuis lors, chaque jour, elle crée dans son atelier.
En 2005, Anne Marie Adam remporte le titre de Femme de Cristal au casino de Spa. Cette notoriété combinée avec son talent amène les organisateurs de la finale de Miss Province de Liège à s'intéresse à son travail. Ne soyez donc pas étonnés d'y retrouver, en septembre 2008, quelques silhouettes féminines signées par notre sculptrice.
Anne Marie Adam, Femme de Crisal... et de terre. Elle a la terre qui lui colle à la peau. Son domaine de prédilection est le corps de la Femme. elle capte des attitudes dans le contact qu'elle établit avec ses modèles.

 

Anne Marie Adam donne vie à la terre

par Anonyme

Article paru le 10-12-2007 dans "Passe-Partout Ourthe-Amblève, n°50"


Ses terres terres cuites sont sensuelles, sensibles, presque vivantes. On ne peut que tomber sous le charme de ces femmes immortalisées pour l’éternité.Cette épicurienne au grand cœur a fait de sa passion sa vie et ses ses sacrées bonnes femmes figées sont des amies qui lui ressemblent pour l’éternité.

Portrait de l'artiste

par Régine Kerzman

Article paru le 09-06-2006 dans "Keskispass"

Extrait du portrait de l'artiste réalisé par Régine Kerzmann


La sculptrice Anne Marie Adam décrocha le Trophée de la Femme de Cristal 2005 dans la catégorie Arts plastiques et création.. Et pourtant à l’origine, elle n’était pas destinée à cette profession puisqu’elle ne se lança officiellement dans la partie qu’à l’âge de 44 ans, après avoir été licenciée suite à une restructuration dans son entreprise. « Grâce à ma passion, j’ai pu rebondir. Les Passions aident à surmonter les choses !

Article de presse

par Anonyme

Article paru le 13-02-2006 dans "la DH"


Depuis 2004, Anne-Marie Adam a installé un atelier chez elle, lieu de rencontres privilégié lors du « Parcours d’Artistes » notamment.

Au travers de ses œuvres, Anne-Marie Adam met en évidence les attitudes, les sentiments que la femme peut exprimer ou ressentir ; la sculpture prend ainsi possession de l’espace, l’intègre et le domine à la fois, et le spectateur tombe sous le charme et se laisse guider par … Sous le soleil, La Causeuse, La Boudeuse, La Dormeuse ou la Baigneuse … parfois ce spectateur se met aussi à rêver lorsqu’il est fasciné par … Face cachée, Rêve secret, Rêve intime … ou par … La Supplique, La Punition, L’attente infinie, Rien n’est plus vain qu’un regret, … et son imagination se mettra à vagabonder lorsqu’il contemplera Tant de choses à te dire … tout en pensant … C’est mieux qu’un rêve … !

Anne-Marie Adam vit intensément sa passion et au travers de ses œuvres elle invite chacun à la partager, à s’imprégner avec délicatesse de cet art subtil qu’est la sculpture, qui donne une âme aux objets, qui apporte un souffle de vie comme la femme est la seule à le réaliser.

Article

par Robert Gérardy

Article paru le 01-10-2005 dans "journal inconnu"

Robert Gérardy est le président de la Renaissance Culturelle Européenne.


Une féminité presque féline caractérise les sculptures en terre cuite d'Anne Marie Adam. Patinées à la manière du bronze, ses oeuvres captent le regard par leur élégance. Toutes ses pièces sont uniques et réalisées d'après des modèles vivants.

Privilégiant la relation avec le public, elle souhaite lui donner l'envie de partager sa passion et le rencontre dans son atelier de sculpteur et dans différentes expositions depuis 1999.

Article

par Christiane Riga

Article paru le 01-09-2002 dans "Terre et Lumière 2002"

A l'occasion des journées du patrimoine 2002